Alimentation

Lors de l’arrivée de votre nouveau compagnon, vous devrez connaître les règles élémentaires concernant son alimentation.

Les principes de base

Quelques principes fondamentaux doivent être à la base du mode d’alimentation de votre chiot :

  • Veillez à ce que votre chien mange seul, au calme et non entouré de la famille ou d’autres de ses congénères.
  • Si vous avez d’autres chiens à la maison, il est préférable de les isoler les uns des autres pendant leur repas ; chacun mangeant à son rythme, leur donner à manger tous ensemble pourrait rapidement finir en débordement, l’un finissant la gamelle de l’autre, jalousie, etc… Les séparer vous permettra d’observer la régularité de l’appétit de chacun, et par conséquent veiller à leur bonne santé.

  • L’habitude ne rime pas avec ennui chez le chien, bien au contraire. De fréquents changements risquent plutôt de perturber sa digestion et, sur le long terme, sa croissance. Lorsqu’une formule fonctionne et donne des résultats visibles de bonne santé (chiot au poil brillant, plein de vie et suffisamment rond), il est inutile d’en changer.
  • Evitez de lui laisser sa gamelle plusieurs heures, n’hésitez pas à la lui reprendre et à analyser pourquoi elle est encore pleine.
  • Donnez à manger à votre chien en dehors des heures de vos repas, cela lui évitera toute tentation de venir roder autour de votre assiette et donc de devenir envahissant.
  • Evitez toute distribution de friandises entre les repas, sauf en récompense lors d’un exercice d’éducation par exemple. Leur régularité est essentielle pour la bonne croissance de votre chien mais également pour son comportement, une fois qu’il aura ses repères horaires, il ne réclamera ou ne chinera pas dès que vous sortirez votre propre nourriture.
  • Laissez à disposition,en permanence, de l’eau fraîche, et encore davantage dès que les températures augmentent, votre Terre-Neuve peut boire plusieurs litres d’eau dans la journée.

NB : La période qui suit les repas doit être consacrée au repos, afin d’assurer une bonne digestion et d’éviter tout risque de retournement d’estomac, cause très/trop répandue de décès chez ces races (voir onglet SANTE pour plus d’explications).

    Jusqu’à l’âge du sevrage, environ 2 mois, et sauf complication de santé, le chiot trouve dans le lait maternel tout ce dont il a besoin pour assurer son développement et les anticorps nécessaires à sa bonne santé.
    A partir du sevrage, il consomme un aliment sec. Pour les races géantes (+ de 40 kg) la croissance peut durer jusqu’à 24 mois, parfois même plus. Durant cette période, le chien aura multiplié son poids de naissance par 80 ou 100 ; d’où l’importance d’une alimentation saine et équilibrée. Les races grandes et géantes connaissent de ce fait plus de problèmes osseux que les petites (Dysplasie, retards de croissance, etc…).
    Trois repas quotidiens, répartis en quantités égales, sont conseillées jusqu’à l’âge de 3 mois. Vous pouvez ensuite passer à deux repas par jour (éventuellement, à un seul repas si votre chien est patient et n’a pas tendance à quémander). Il est préférable de faire manger le chiot toujours à la même place, dans un endroit au calme. Ne soyez pas surpris que votre chiot ait souvent le hoquet, cela cesse en grandissant.

Vous pouvez suivre l’évolution de la croissance en pesant régulièrement le chiot.

Ses besoins

    Il est nécessaire que son alimentation couvre ses besoins en :
  • Minéraux : Calcium et phosphore serviront à fortifier ses os et cartilages. Attention aux carences, mais aussi aux excès qui peuvent engendrer entre autre des hypertrophies osseuses.
  • Energie : Par rapport à son poids, un chiot a besoin de plus de calories qu’un adulte. Il faut donc veiller à ce que la quantité soit respectée, en évitant toutefois la suralimentation, génératrice de problèmes digestifs et d’obésité.
  • Protéines (acides aminés) : Elles servent principalement à la constitution des os et de la musculature, mais aussi aux anticorps nécessaires à sa bonne santé.
  • Lipides et Vitamines : indispensables à la santé du chiot, ils assurent également le bon développement du poil et de la peau.

Choix de l’alimentation

  • Croquettes : C’est le type d’alimentation qui offre le plus d’avantages. Moins chères que les autres préparations, elles se conservent mieux (au sec et à l’abri de la chaleur). Elles aident également à un bon entretien dentaire puisque le chien est obligé de mâcher, massant ainsi ses gencives et prévenant l’apparition de tartre. De nos jours, toutes les grandes marques offrent un choix important de croquettes en fonction de la taille, de l’âge et parfois même de la race et de ses spécificités. La composition en est étudiée et couvre tous les besoins nutritifs du chiot.
  • Alimentation dite « ménagère » : Principalement composée de viandes, légumes verts et céréales, il faut y ajouter huile, levure de bière et compléments en vitamines et en minéraux. La difficulté consiste dans le dosage, ce qui n’est pas toujours évident. Cette préparation revient souvent à plus cher que l’alimentation dite « industrielle ».
  • Conseils : Afin d’éviter au maximum les problèmes osseux, il convient de faire pratiquer au chiot un exercice court mais régulier durant sa croissance, en évitant toutefois les sauts ou les jeux violents. Veiller à ce qu’il dorme sans être dérangé après ses moments d’exercices, le sommeil étant primordial pour sa croissance.